Un voyage éclair en Léonie, tandis que Luc se dévoile enfin…

Trotski (ou Trotsky), Tolstoï, Zitrone, Daudet, Blum, Gambetta et les autres. Choisissez celui que vous voulez. Pour ma part, il n’y en a qu’un. Je vous propose donc un retour sur Léon. Fin du teasing : notre Léon à nous, celui de Wallonie, là où la Senne prend sa source. Celui qui nous gratifie régulièrement de ses commentaires acerbes, tantôt drôles, tantôt savants, souvent les deux à la fois, pourrait-il en prendre ombrage ? J’espère que non. Sachez avant tout qu’il n’a rien à voir avec la firme Léonidas qui commercialise jusque dans nos rues piétonnières des chocolats que je repousse avec dédain.

Léon. Ah mon Léon ! Un beau prénom qui fleure bon le passé, la France. Tout comme Léonie ou Léonce, il a connu quelques décennies de gloire entre 1880 et 1930. Il redevient un chouïa en vogue depuis les années 2000. Je ne vais pas tous les passer en revue, les Léon Beyer, Léon Parcé, Patrick Léon ou Cap Léon Veyrin, pour ne noter que ceux du vin, mais c’est en me remémorant un déjà vieux débat entre Jacques et Luc sur Léon Trotski ICI, débat entamé aussi sur le même site de Jacques et relancé par lui pas plus tard que dimanche dernier sous un aspect très picaresque nous ramenant jusqu’aux années hippies (VOIR ICI) ainsi que lundi puis mardi et enfin mercredi, jour historique puisque consacré pour beaucoup au trentième anniversaire de la prise du pouvoir par Tonton. Au lieu de la lune à Tonton, nous avions droit à celle de Léon ! Au passage, vous voyez combien il m’est facile de me laisser influencer par notre maître à tous, Jacques, à qui j’adresse par avance ma révérence en cette période de Festival car il reste à mes yeux un précurseur en matière de buzz en général et de buzz léonin en particulier. À lui va la Palme d’Or des blogs du vin ! Et sans demander l’autorisation de l’auteur (mystérieux) du cliché paru en dernier chez Jacques, je vous offre sans attendre la dernière provocation de Luc dit Léon.

Mais pourquoi diantre me laisser aller ainsi sur le thème de Léon ? Aucune idée. Juste envie de m’amuser tandis que deux de mes compères parcourent l’Amérique latine. Au commencement, Léon fut un saint homme, bien loin de l’image qu’il donne aujourd’hui de lui. Saint-Léon Le Grand , ou Léon 1er fut pape de 440 à 461 et il ne faut surtout pas le confondre avec un souverain d’Arménie, qui régna entre 1129 à 1140. De toutes les façons, la papologie a eut son lot de papes « léonisés » (voir plus bas).

Il est clair que dans les temps obscurs et immémoriaux, on devait avoir autant la trouille du lion que du loup. Va savoir, Léon… La littérature sur ce premier évêque de Rome est si longue que je vous laisse le soin d’aller la découvrir sur le Net à vos heures perdues. Benoît XVI dit de lui qu’il a su démontrer « sa grandeur dans le service à la vérité et à la charité, dans l’exercice assidu du langage, théologique et pastoral à la fois… Toujours attentif aux fidèles et au peuple de Rome, il avait aussi le souci de la communion entre les Églises locales, ce pourquoi il fut l’infatigable promoteur de la primauté romaine ». Le Léon numéro deux ne resta en fonction qu’une année, le temps pour ce saint homme « cultivé aussi bien en grec qu’en latin, ami de la pauvreté et des pauvres », de ratifier le troisième Concile de Constantinople. Le troisième Léon n’était pas bien vu par la noblesse romaine et il dû faire appel au protectorat de Charlemagne qu’il couronna à Rome du diadème impérial selon le site Internet Nominis.

Léon IV, quant à lui, protégea Rome des invasions sarrasines. Par un des raccourcis propres à la foi catholique (je précise, afin de contrer toute attaque, que je fus enfant de chœur dans ma tendre enfance…), on passe de Léon IV à Léon IX et cela nous ramène à un grand lieu du vin puisque le saint homme était originaire d’Eguisheim où fut fondée bien plus tard la maison Léon Beyer, laquelle a toute mon estime d’amateur de vins d’Alsace. Étrange similitude de l’histoire, peu de temps avant, il y eut un certain Léon Luc qui fut abbé de Corleone en Scicile, ville dont il est resté le saint patron. Il a même un admirateur sur Facebook et il ne faut pas oublier que cette localité, véritable fief mafieux encore de nos jours, a fortement inspiré Mario Puzo pour son roman « Le Parain » repris au cinéma par Francis Ford Coppola. De là à penser que notre ami Luc a parfois des comportement dignes de la Camora… Déjà que le premier pape Léon était originaire du côté de Napoli

L’histoire des Léon risquerait fort de prendre trop de notre temps. On sait en outre que c’est l’enseigne d’un fameux restaurant de Bruxelles (avec une annexe à Paris), qu’un film « Léon » fut tourné par Luc (Besson), qu’un village nommé Léon a été repéré dans les Landes, qu’un autre Saint-Léon est posé sur la belle Vézère où il abrite un centre bouddhiste, qu’un bourg un peu plus gros se situe en Bretagne (Saint-Pol de Léon), qu’il existe aussi une automobile Leon de marque Seat, que Leon est la capitale de la province de Leon (pardon aux hispanisants pour l’accent sur le o que mon clavier refuse de me trouver), que sais-je encore… Bref, j’arrête là ma quête du Léon en vous livrant, rien que pour emmerder un peu plus mon presque voisin Luc, la martyrologie – employons les grands mots – dans le désordre des Léon sacralisés, une liste piquée au site Nominis.

Léon

martyr à Ceuta (+ 1227)

Léon

martyr en Lycie (4ème s.)

Léon

ermite en Calabre (12ème s.)

Léon

abbé de Mantenay (+ 550)

Léon

Confesseur, évêque de Catane en Sicile (+ 787)

Léon

Archevêque de Rouen (+ 900)

Léon

(4ème s.)

Léon

(+ 541)

Léon de Thrace

Empereur (+ 474)

Léon et Parégoire de Patare

martyrs (3ème s.)

Léon Ier

abbé près de Naples en Italie (+ 1079)

Léon II

abbé en Campanie (+ 1295)

Léon II

Pape (80 ème) de 681 à 683 (+ 683)

Léon III

Pape (96 ème) de 795 à 816 (+ 816)

Léon IV

Pape (103 ème) de 847 à 855 (+ 855)

Léon IX

Pape (150 ème) de 1049 à 1054 (+ 1054)

Léon le Grand

Pape (45 ème) de 440 à 461 (+ 461)

Léon Luc

abbé de Corléon (+ v. 900)

Léon Nowakowski

prêtre de Wroclawek et martyr (+ 1939)

Léon Wetmanski

évêque et martyr (+ 1941)

Léon-Ignace Mangin et Paul Denn

jésuites français missionnaires, martyrs en Chine et leurs compagnons (+ 1900)

Léonard

ermite dans la région du Mans (6ème s.)

Léonard

ermite près d’Orléans (6ème s.)

Léonard

Evêque d’Avranches et confesseur (+ 630)

Léonard de la Cave

abbé (+ 1255)

Léonard de Noblat

Ermite en Limousin (6ème s.)

Léonard de Port-Maurice

Frère mineur à Rome (+ 1754)

Léonard du Dunois

(6ème s.)

Léonard Kimuro

et ses compagnons, martyrs à Nagasaki (+ 1619)

Léonard Murialdo

prêtre fondateur de la Société de Saint-Joseph (+ 1890)

Léonce

évêque (+ 433)

Léonce

(+ 640)

Léonce

(+ 300)

Léonce

Martyr en Arménie (4ème s.)

Léonce

évêque de Césarée (4ème s.)

Léonce

Archevêque de Bordeaux (+ 564)

Léonce d’Achaie

(5ème s.)

Léonce de Jérusalem

(+ 1190)

Léonce de Rostov

(+ 1077)

Léonce de Tripoli

Martyr à Tripoli (4ème s.)

Léone

prêtre (+ 308)

Léonide

Père d’Origène et martyr (+ 204)

Léonide et 7 compagnes

martyrs à Corinthe (3ème s.)

Léonide Féodorov

martyr (+ 1935)

Léonie Françoise de Sales Aviat

religieuse fondatrice des Oblates de Saint François de Sales (+ 1914)

Léonien

abbé (+ v. 518)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *